Love your freshmeat or die !




Il y a un an, j'ai écrit un billet sur notre expérience au sein de l'équipe des Furies du Berry Roller Derby avec nos freshmeat.

Quelques conseils qui ont semblé bien résonner dans le petit monde du Derby français puisqu'il a beaucoup tourné sur FB et sur les sites des ligues. (Billet vu plus de 4500 fois selon les stats Blogger)

À la relecture, je n'en changerais pas un mot, deux ans plus tard.
Ces conseils pour la plupart bien suivis chez nous a porté ses fruits MAIS cette année, c'est un problème d'intégration à nos trainings qui s'est posé.

Surprises par le nombre de personnes venues nous rencontrer avec la volonté d'essayer le Roller Derby, nous avons patafouillé et intégré trop vite de nouvelles patineuses dans nos exercices.
L'enthousiasme sûrement.

Bref, je rajouterais donc comme conseil de veiller à bien organiser des trainings par niveaux et en faire quelques-uns où tous les niveaux peuvent s'y retrouver (sans blocage de contact par exemple, trop rude pour une fresh freshmeat, pas trop stratégique, juste ce qu'il faut).

Tout cela pour assurer à chaque niveau, old meat et fresh meat, un bon apprentissage lors des entrainements et de bien s'amuser aussi. Et les entrainements communs pour mieux se connaître.

Pensez que ça peut ne pas être amusant de voir des vielles meat s'ennuyer et des fresh meat être dépassées et du coup peut être démotivées.




Nos freshmeats sont venues encouragées les 6 furies qui jouaient
avec les centrifugeuses (team centre) à Rouen et ça, ça fait chaud au cœur.
Aucun commentaire:
Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...